Sudoc m’a tué

C’est en triturant l’autre nuit dans la matière informationnelle, peuplée de messages plus hiéroglyphiques les uns que les autres que j’ai retrouvé avec ma thèse une identité redessinée discrètement par les algorithmes (1927-1996)!

Autant dire qu’il va me falloir redoubler de gentillesse auprès de Hal pour ne pas qu’il m’oublie, lui aussi !

Vive Hal ! Longue vie à Hypothèses !

—-
Un éclair… puis la nuit ! – Fugitive beauté
Dont le regard m’a fait soudainement renaître,
Ne te verrai-je plus que dans l’éternité ?

(À une passante…Charles Baudelaire (1821-1867)

 

<p>Sudoc m’a tué</p>

 

 

 


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *