Programmer la lecture avec le livre d’artiste.

Au moment où les principaux acteurs des industries culturelles réfléchissent à l’établissement de nouveaux standards programmés pour une lecture augmentée, nous conduisons actuellement une réflexion sur la diversité des formes d’expérience de la lecture. Bien que l’on ait retenu les leçons de Michel De Certeau ou celles de Roland Barthes sur les principes d’une lecture pratiquée et buissonnière, les livres d’artistes conservent toute leur actualité et leur impertinence face aux réductions conceptuelles auxquelles on souhaite nous faire croire. En effet, ces livres qui apparaissent selon Anne Moeglin-Delcroix dans les années soixante comme un genre à part entière proposent d’innombrables expériences fascinantes susceptibles d’apporter de la contradiction contre les formes d’assujettissement et de contrôle visant l’instauration d’une normalisation et d’une « standardisation » de la lecture. Une des richesses du livre tel qu’il est conçu et fabriqué généralement par les artistes repose selon nous sur l’idée qu’il puisse se concevoir comme l’indexation d’un espace mental, une sorte d’architecture à habiter et à partager autrement offrant à ses lecteurs l’occasion de visualiser d’autres formes de lectures.

Parmi les approches possibles visant l’analyse et l’expérimentation autour de ces espaces, nous souhaiterions examiner une forme particulière de lecture. Cette lecture se présente comme une pratique sous contrainte. Nous souhaiterions indiquer par là une relation particulière entretenue par affinité avec le livre comme celui d’un espace interprétatif de relecture mais aussi comme donnant lieu à une forme de reprise et de continuation de son processus de création par une fabrication seconde. Si le livre existe, c’est sans nul doute pour nous approprier également son sens et son existence, l’installer dans une forme de compagnonnage auquel le lecteur est convié. Ce livre est un entre deux, entre le lecteur et les lectures qu’il en fait comme l’a si bien écrit R. Barthes, mais réalise aussi selon nous un objet capable de produire de la diffraction et de résonner en augmentant sans cesse ses potentialités projectives. Selon ce contexte conceptuel, le livre n’est plus pensé comme la programmation d’un objet fini, d’un modèle architectural et conceptuel maintenu (optiquement) à distance du lecteur  mais au contraire pour en identifier quelque chose dont la forme et le sens suivent un schéma ondulatoire,  comme un espace de propagation d’ondes, à habiter et à reconfigurer selon les contextes de projection. Si les technologies de navigation hypertextuelle rendent possiblement non linéaires la programmation numérique de la lecture, nous proposons d’autres programmes fondés sur des assemblages spatialisés, polymorphes et projectifs et dont les liaisons hypertextuelles fonctionnent par contagion, ellipse, métonymies, etc. Les jeux d’ombres et les perspectives diffractées, les arrangements sémantiques et plastiques produisent des phénomènes de proximités, d’éclipses ou de ruptures avec lesquels  la lecture doit s’organiser, se recontextualiser afin d’aménager des espaces de sédimentation propices à la ré-activation du livre-palimpseste.

Lire et dessiner avec le livre d’artiste

Le livre doit demeurer un espace de rencontre, une chambre d’écho sur la ligne de partage ou de rétention des images quand l’imaginaire des uns traverse celui des autres. Où trouver les images, où nous rencontrer, que retenir d’elles, quel crédit leur accorder et que leur devrais-je encore ? Nous présentons à la suite d’une exposition à l’université Rennes 2, des jeux d’assemblage hybrides et éphémères qui en convoquent et empruntent d’autres. Les images dialoguent et se risquent dans l’interstice de multiples situations bricolées dont les caviardages et les inserts amicaux, les amalgames et les paraphrases voire les confiscations ludiques du sens tentent de témoigner aussi des nouvelles conditions contemporaines de lectures et de production d’images.


 

cliquer sur les images

« sans titre », acrylique sur verre, assemblage avec le livre d’artiste de Denis Briand : « Nier des peut-être », éditions, 2007. 0mbre projetée, divers éléments, 2011

 

« sans titre » (wanded Parrhasios), acrylique sur verre, assemblage avec la carte postale de L’épongistes : « Exercice illégal de la peinture », série « Rien naît à sa place », auto-édition, Juillet 1996 , Ombre projetée, divers éléments, 2011

 

« sans titre », acrylique sur verre, assemblage avec le livre d’artiste de Denis Briand : « Nier des peut-être », éditions, 2007. 0mbre projetée, divers éléments, 2011

 

1- « Gaming », acrylique sur verre, assemblage avec le livre d’artiste de Christophe Viart « La Gamme », co-éditions incertain Sens, éditions Théo, 2005, divers éléments, ombre projetée, 2011

 

1- « Gaming », acrylique sur verre, assemblage avec le livre d’artiste de Christophe Viart « La Gamme », co-éditions incertain Sens, éditions Théo, 2005, divers éléments, ombre projetée, 2011
« Doing », acrylique sur verre, assemblage avec le livre d’artiste de Peter Downsbrough : « Now », éditions Incertain Sens, 2010. Ombre projetée, divers éléments, 2011
« Front dépressif abstrait », acrylique sur verre, assemblage avec le livre d’artiste de Patrick Dubrac : « La sculpture :les pluies »,  éditions Incertain Sens, 2003. Ombre projetée, divers éléments, 2011
« Front dépressif abstrait », acrylique sur verre, assemblage avec le livre d’artiste de Patrick Dubrac : « La sculpture :les pluies »,  éditions Incertain Sens, 2003. Ombre projetée, divers éléments, 2011
« Portrait de Robert Barry en éclipse », acrylique sur verre, assemblage avec le livre d’artiste de Robert Barry : « Autobiography », éditions incertain Sens, 2006, divers éléments, ombre projetée, 2011
« Portrait de Robert Barry en éclipse », acrylique sur verre, assemblage avec le livre d’artiste de Robert Barry : « Autobiography », éditions incertain Sens, 2006, divers éléments, ombre projetée, 2011
« Doing », acrylique sur verre, assemblage avec le livre d’artiste de Peter Downsbrough : « Now », éditions Incertain Sens, 2010. Ombre projetée, divers éléments, 2011
« sans titre »(un vide qui garde tout), acrylique sur verre, assemblage avec le livre d’artiste d’Éric Watier : « Ceux qui ne détruisent pas »,  Post scriptum à l’inventaire des destructions, de Mai 2000, éditions Incertain Sens,  2001, divers éléments, ombre projetée, 2011
« sans titre »(un vide qui garde tout), acrylique sur verre, assemblage avec le livre d’artiste d’Éric Watier : « Ceux qui ne détruisent pas »,  Post scriptum à l’inventaire des destructions, de Mai 2000, éditions Incertain Sens,  2001, divers éléments, ombre projetée, 2011

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *