Recollection : quand le catalogue édite et joue avec les données graphiques exposées.

Publié à l’occasion de l’exposition éponyme à la galerie Lara Vincy (Paris),cette nouvelle publication des éditions Présent Composé est une coédition Galerie Lara Vincy / éditions Présent Composé. Le livre se présente à la fois comme un catalogue d’exposition et un parcours de présentation de trente années de recherches graphiques. Cette publication expérimentale cherche à prolonger l’esprit des œuvres présentées. Le lecteur dispose de recréations en réalité augmentée qui lui permettent d’explorer et de jouer autrement avec le corps de nouvelles sensorialités graphiques.

—-
Extrait de la présentation

« Mon travail cherche à mettre en perspective et matérialiser les effets du code et des données dans les pratiques et les représentations. Pour faire face à l’irruption massive de l’information, on assiste actuellement à un engouement pour les technologies graphiques qui visualisent des flux de données en tout genre et cherchent à donner un nouvel éclairage sur les affaires du monde.
Tous ces outils qui manipulent la matière de l’information renvoient à ces premières expérimentations artistiques réalisées entre les années 60 et 80, notamment celles des artistes Jasia Reichardt, John Whitney, Lilian Schwarz, Dick Higgins, Kenneth Knowlton, Georg Nees, Frieder Nake, Manfred Mohr, Véra Molnar…
Mes créations prennent racines dans leurs œuvres sans pour autant s’y assimiler. Depuis plus de 30 ans, je sonde, j’expérimente l’incidence du temps sur notre sensibilité,
sur la manière d’écrire ou de tracer, sur notre rapport aux machines computationnelles et graphiques. Porter attention à la matière c’est affirmer une conception de l’art qui se joue des standards et les dépasse en produisant volontairement du presque rien à l’échelle d’un monde travaillé par la digitalisation. »

 

Recollection, coédition Galerie Lara Vincy, éditions Présent Composé, 2014, ISBN 978-2-9522355-6-3

Recollection, coédition Galerie Lara Vincy, éditions Présent Composé, 2014, ISBN 978-2-9522355-6-3

Éditer et jouer avec les données

La publication est conçue comme une édition hybride (papier + « réalité augmentée ») basée sur la mise en relation du tangible et du digital : des recréations graphiques sont associées à trois œuvres graphiques reproduites dans le livre, jouables sur smartphone Androïd ( version 4.0 mini.) ou tablette avec une application spécifique à télécharger gratuitement. Une version est également jouable sur Ipad sur le lieu de la galerie.

www.pierre-braun.fr/appli-lara-vincy.html

 

En deçà du beau travail de conception graphique mené par la graphiste Laura Bruneau, l’idée de concevoir ce catalogue résulte du travail mené dans le cadre de plusieurs projets d’études et d’expérimentations en 2013 :

 

-la réalisation technique du dispositif de recréation des œuvres associées au labyrinthe du GRAV (1967) à la galerie Art & Essai de l’université Rennes2 en association avec le Musée des Beaux-Arts de Rennes (commissariat Marion Hohlfedt, Anne Dary, Laurence Imbernon). Les travaux ont donné lieu à un billet sur le site de l’équipe :

http://www.oin.hypotheses.org/419

L’exposition a fait l’objet d’une publication dont nous reproduisons un extrait qui présente quelques images du dispositif réalisé à la galerie.

Mouvement, lumière, participation. GRAV 1960/1968, sous la direction de MArion Hohlfeldt et Laurence Imbernon, édition Galerie Art et Essai et Musée des Beaux-Arts de Rennes, 2013, isbn 2-901430-49-X, p. 36-37

Mouvement, lumière, participation. GRAV 1960/1968, sous la direction de MArion Hohlfeldt et Laurence Imbernon, édition Galerie Art et Essai et Musée des Beaux-Arts de Rennes, 2013, isbn 2-901430-49-X, p. 36-37

 

-les recherches autour de la réalité augmentée dédiée à la muséographie appliquée (Conférence du GIS MARSOUIN, St MALO, 2013)

-l’édition et l’archéologie du design (ThatCamp Saint Malo 2013,sous la direction de Nicolas Thély, Alexandre Serres et Olivier Ledeuff)

http://www.oin.hypotheses.org/930

http://www.barcamp.org/w/page/67372429/Propositions%20d%27atelier

 

Cette nouvelle publication se fonde sur une série d’expérimentations menées avec les étudiants du master professionnel du département des arts de l’université Rennes2. Si le catalogue présente un panorama de reproductions de mes créations graphiques, il répond également à un cahier des charges qui devait prendre en compte l’accès à des contenus numériques spécifiques par l’introduction de nouveaux programmes graphiques codés sous Processing qui se superposent à certaines œuvres reproduites dans le catalogue.
Les étudiants ont retenu les principes graphiques et algorithmiques qui fondent mon travail de création à partir des années 80, sur la sinusoïde, la trame, le module.
Programmées sous Processing, 3 animations graphiques ont été sélectionné pour leur adéquation aux travaux présentés. Elles ont ensuite été intégré en C++ pour les rendre compatibles avec l’environnement Androïd.
Le catalogue doit toutefois être dissocié de l’exposition à la galerie Lara Vincy (Paris). Les recréations ne cherchent pas à se substituer aux œuvres exposées à l’image des Qrcodes que l’on voit fleurir actuellement sur les murs des galeries ou des institutions. Les animations ne sont pas accessibles directement en pointant les œuvres à la galerie mais seulement leur reproductions dans le livre. Ce point est important car au delà de l’exposition (qui présente également les éditions Présent Composé), le catalogue poursuit la ligne éditoriale des éditions Présent Composé en interrogeant les supports numériques. Dans le contexte de la digitalisation du monde, ce sont les nouvelles formes de la transmission et de l’archive dont on interroge l’actualité d’une manière retorse.

Le premier travail est celui de Julia Dirand (instabilités graphiques), conçu à partir du dessin réalisé à la table traçante Texas Instruments : Sans titre (section c_9), 1982/84.

Image :

sans titre (section c_1) à gauche et sans titre (section c_9) à droite. La reproduction de l'œuvre fait office de Qrcode.

sans titre (section c_1) à gauche et sans titre (section c_9) à droite. La reproduction de l’œuvre fait office de Qrcode.

 

 

déjà vu

Extrait de la série graphique générative (trames et modules), le dessin a été entièrement décomposé de manière à isoler et indexer chacun des modules qui le composent. Les nouveaux capteurs d’inclinaisons qui sont accessibles sur les smartphones ou tablettes permettent d’actualiser le tracé initial avec une nouvelle dynamique de création. Sans changer la configuration initiale des modules graphiques dessinés, le nouveau programme se présente à l’écran comme quelque chose de déjà vu….Écrit sous processing et c++, la réécriture du programme permet discrètement de rendre chaque module mobile et indépendant sous une apparence identique. L’utilisateur devient pourtant une sorte d’équilibriste.

essai5b

Il doit faire face à une configuration graphique modulaire qui menace ludiquement de s’écrouler comme un château de carte à chaque mouvement involontaire de la tablette. Il s’agit désormais de maintenir la bonne inclinaison horizontale par touches d’ajustements permanents sous peine de modifier et d’altérer l’équilibre graphique initial de l’assemblage des modules. Pour le dire autrement, la reproduction du dessin original s’est métamorphosé en une simulation graphique dont les modules graphiques sont devenus comme les maillons ouverts d’une chaine. Toute la cohérence, la stabilité et l’organisation orthogonale ne tiennent qu’à un fil : celui de maintenir la tablette à un niveau d’organisation homéostase de l’information. L’utilisateur expérimente à son échelle son incapacité sensorielle à contenir les milliers d’informations qui transitent par la machine. Il a ce sentiment d’avoir reconnu et déjà éprouvé ce moment particulier pour l’image, à la croisée de plusieurs destins.

Instabilités graphiques (Julia Dirand, 2014).Une recréation graphique  en équilibre entre des logiques de réplication et de dissolution...

une recréation graphique en équilibre entre des logiques de réplication et de dissolution…

 

Parasites graphiques

Activée par la reproduction de 3 copies d’écrans de l’animation temps réel « 2 marches au hasard dans un cercle », (2008), l’algorithme reprend la marche au hasard graphique (random walk) qui est un peu l’équivalent du « hello world !» de toute initiation logicielle. 5 tracés aléatoires de 10 segments de droites de taille identique zigzaguent sur la tablettes comme autant d’organismes ou d’êtres graphiques dont il s’agit de maitriser et anticiper les trajectoires irrésolues…Là encore, cette proposition graphique initiée par Delphine Bezier et intégrée en c++ pour la plateforme Androïd par Arthur Vimond conditionne une forme d’héroïsme paradoxal. L’algorithme ne comporte aucune virtuosité technique et esthétique. Il s’agit de traiter et de reconfigurer un assemblage de données d’informations mixant des coordonnées graphiques, pondérées par les valeurs de l’inclinomètre qui parasitent le graphisme sempiternellement. Les données semblent glisser et nous échapper comme des anguilles sur la surface de notre tablette. Que devient l’information aujourd’hui, que pouvons-nous en retenir ?

 

Random Walk (Delphine Bezier).Le mouvement graphique parasité par le traitement de l'information de l'inclinomètre...

Le mouvement graphique parasité par le traitement de l’information de l’inclinomètre…

Acuité visuelle

La troisième proposition est tirée de Onde3D (2012), une toile réalisée à partir d’une petite chorégraphie du corps, répétition à l’échelle du format (150 x150 cm) d’un geste ondulatoire à l’aide de craies noires tracées sur le support de la toile. Flora Marchand et Rodolphe Bossé ont imaginé un transcodage sous la forme d’un signal périodique en (256) niveaux de gris continus. Cette transformation permet de structurer un réseau élémentaire de fréquences spatiales modulables. On sait que notre acuité visuelle est déterminée en partie par notre capacité à discriminer l’information d’un stimulus visuel par l’organisation de son réseau de contrastes basses et hautes fréquences. Le réseau nous invite à expérimenter le passage continu entre les basses et hautes fréquences bien connu dans le monde du traitement d’images (Transformée de Fourier). Mais ici, nulle commande numérique apparente, pas de potentiomètres associés : l’information traite et module les hautes et basses fréquences au gré des mouvements d’inclinaison des bras. C’est en quelque sorte le processus de la vision qui expérimente et détermine par le corps une échelle de perception haptique du réseau d’information élémentaire.

 

Modulation de fréquences (Flora Marchand et Rodolphe Bossé). Des fréquences spatiales agies par le corps

Des fréquences spatiales agies par le corps

 

Textes de Florence De Mèredieu et Christophe Domino traduits en anglais

design graphique
Laura Bruneau • www.laurabruneau.fr

Réalité Augmentée
Coordination et intégration c++ et Objective C, Androïd/IOS
Arthur Vimond

Programmation Processing
Delphine Bézier • Random walk
Flora Marchand & Rodolphe Bossé • Modulations de fréquences
Julia Dirand • Instabilités graphiques

Traduction
Krisha King

 

Ouvrage diffusé aux Presses du Réel
Exposition à la galerie Lara Vincy du 15 Mai au 28 Juin.

Les éditions Présent Composé
http://www.oin.hypotheses.org

 


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *