Dessiner encore

Rien ne paraît plus naturel que d’écrire pour nommer et designer les choses. Pourtant, comme le montrent Henri Michaux, Pierrette Bloch ou Véra Molnar, en deçà ou au-delà des conventions de l’écriture existe le signe graphique pris pour lui-même.

Notre recherche présente une rencontre qu’autorise le langage numérique : celle du code (une autre forme d’écriture) qui décompose la cursivité du signe à partir d’éléments et de relations plastiques élémentaires. Cette démarche se métamorphose en un jeu plastique qui se déploie librement. La ligne qui chemine occasionne une traversée, un décentrement, une manière de dévisager l’ailleurs de l’écriture que la machine accompagne et où semblent se suspendre le geste et le sens.

Le travail présenté ici est essentiellement une approche critique et radicale des textes qui abordent et travaillent la notion d’écriture graphique. Le travail présenté s’inscrit dans la filiation des problèmes suscités par le test de Turing. Pour reprendre son questionnement à propos de la pensée et que nous transposons ici : “Que signifie écrire ? qu’est-ce qu’une écriture graphique si une machine est capable d’en réaliser une ?

L’ écriture potentielle : un croche-pied à l’oulipo.

L’oulipo (Ouvroir de Littérature potentielle) pratique la littérature potentielle à partir de contraintes stylistiques. Les auteurs (Georges Perec, François Le Lyonnais, Raymond Queneau…) exploitent les mathématiques comme un vecteur de création en littérature. Je propose de mon côté (car je ne suis ni anthropologue ni paléographe) d’interroger d’un point de vue esthétique le regard que nous portons au support même de la littérature : devenons les observateurs attentifs des contingences de l’écriture et du signe graphique en adoptant le point de vue déporté que la machine, ses cheminements, ses pas perdus permettent d’entretenir. Ce qui se dessine est comme une enfance entretenue , une langue que l’on s’approprie et que l’on ne maîtrise pas. Où l’on doit pour paraphraser G. Agamben « poursuivre son chemin vers l’enfance et dans l’enfance »

T3s_b4, dessin à la table traçante, encre sur papier, 21×29,7 cm (A4), 1982-84

 



Citer ce billet
Pierre Braun (2011, 15 novembre). Dessiner encore. Computer drawing. Consulté le 17 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/n1xa

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search