Instantanés balnéaires à Saint-Malo. Dessiner le paysage avec le nom des villas

Protégé par la grande digue de Rochebonne à Saint-Malo, les villas construites à la fin du 19ème et du début du 20ème siècle participent de façon majeure à la reconnaissance d’une architecture balnéaire et une quinzaine sont déjà inscrites au Fond Mérimée. Elles sont représentatives de ce moment où l’aristocratie et la nouvelle bourgeoisie des grandes villes se découvrent une nouvelle passion pour jouir du nouveau spectacle de la mer. La spéculation va bon train pour s’offrir un terrain et édifier sa résidence d’été. Il s’agit de voir et d’être vu au centre des nouvelles attractions offertes par les stations avec leurs établissements de bains et leurs nouveaux divertissements.

Écouter le nom des villas : fabriquer autrement le paysage

En découvrant aujourd’hui les noms inscrits sur les façades des villas, les promeneurs se laissent parfois surprendre par l’esprit des lieux. Au 19ème siècle, attribuer un nom à une villa pour l’identifier et la situer est l’usage qui prédomine avant que la numérotation postale se généralise. Cette pratique n’a pas disparu car elle reste une opportunité pour les propriétaires d’apporter une touche personnelle au lieu qu’ils habitent. Destiné à marquer les esprits, le nom qui reste aujourd’hui condense quelque chose d’assez opaque en combinant les dimensions irrationnelles et sensibles des représentations de soi et des figures de l’intime volontairement rendues publiques. Aujourd’hui comme hier, le nom de la villa agit comme un artefact qui façonne l’identité du lieu, de son espace temps et de ses imaginaires. Comment interroger La Promenade au clair de Lune de Dinard si l’on oublie d’y associer les noms singuliers des villas « Roches Brunes » ou « Greystone » ? Et La digue de Rochebonne de Saint-Malo sans les villas « Suédoise » ou « Ellerslie »  ou « La Conchée » ?

Loin de résumer le paysage balnéaire par quelques stéréotypes : l’apport des noms des villas fournit une matière variée et hétérogène qui contribue à renouveler les échelles de perception des lieux.

L’indexation et le marquage social du paysage restent indissolublement liés aux noms des villas mais c’est aussi le caractère singulier et anachronique du nom qui émancipe la conception du paysage par les imaginaires qu’il convoque :

Quelques exemples :

-pour mettre à distance la représentation que l’on peut se faire de l’édifice lui-même, : « Simple Abri » ou « Beau Manoir », « Simplette »,

-pour localiser la villa en y associant un lieu ou pour s’en faire l’écho, : « La Digue » ou « Résidence de la Plage »

plus généralement la mer et ses représentations : « Grand Large », « Les Vagues », « Les Roches »

inscrire la villa dans une histoire ou des évènements locaux : « L’Hermine », « La Frégate », « La Caravelle »

 

Les possibilités peuvent s’élargir si le propriétaire souhaite se démarquer pour offrir une image de soi surprenante :

-un jeu de langage qui rassemble et code plusieurs prénoms : « Ra Mi Guy Jac »,

-un gimmick personnel : « Flying Dragon »,

-l’appartenance à une histoire personnelle : « villa Capri »,

-un fait tiré par un goût culturel affirmé : « La Rose des Vents », « Quo Vadis »,

-une expression : « Pimponnette »,

-l’attention portée à une météo  de tous les instants : « Rayon de soleil »,

-un souvenir : « Austerlitz »,

-un hommage ou une référence : « Chanteclair »,

-une évocation du féminin : « Mignonne », « Favorite » , « La Mariée »,

-la proximité visuelle et sonore de la mer : Les Mouettes,

Le débordement imaginatif qui en découle s’émancipe de celui des noms propres attribués aux personnes qui restent liés à certaines contraintes fixés par la loi ou les religions.

Avec le nom des villas, le patrimoine immatériel des dimensions imaginaires du paysage balnéaire se diffracte à l’infini comme une nécessité de se démarquer ou d’exalter un singulier quelconque : ce qui se manifeste librement ce sont la brièveté d’un signe, la soudaineté vivante de la langue, intuitive, pratique, délurée ou raisonnée. Chacun improvisl’instantané d’une forme brève, une image de soi ou de l’un de nos proches que l’on rend publique, un élément d’étymologie, un jeu grammatical, un trait d’esprit, un code secret, etc... Il en découle des choix, des condensations et des inventions qui révèlent peu à peu de l’hétérogénéité mais aussi les corrélations et des choix esthétiques au milieu de ces identités nominales. Ces choix s’inscrivent également dans une temporalité : on ne baptise pas nécessairement avec les mêmes noms et expressions en 1914 comme aujourd’hui. Les mots et les choses peuvent passer de mode et on y projette pas non plus constamment les mêmes imaginaires. Par ailleurs, sans une attention renouvelée lors des successions notariées, les noms attribués autrefois finissent par disparaitre à l’occasion dventes, d’un quelconque ravalement de façade ou de travaux de rénovation.

Il s’agit d’informer ces instantanés du passé auxquelles se mêlent les renouvellements ou les substitutions de nomsafin de fabriquer une série de représentations graphiques qui informent autrement l’invention paysagère.

Ces données du paysage diffèrent des formes représentatives et des propriétés physiques du territoire ou encore de la typologie architecturale((1)). Elle permettent aux flâneurs de la digue de fabriquer une autre approche sensible en opposant des identités nominales participant à un « work in progress » dynamique, photographique et projectif à une vision statique et matérielle du paysage patrimonial balnéaire.

 

 

Parcellaire et nomenclature

Avec le personnel des archives de la ville de Saint Malo, nous avons consulté les matrices cadastrales. Autrefois, en plus du référencement de la parcelle, le nom de la villa, sa conservation ou sa transformation par un nouveau propriétaire restaient inscrits dans les jeux d’écritures malgré les ventes ou les successions.

 

Figure 1

Caractéristique de l’époque tardive de la spéculation immobilière pour identifier les dernières opportunités des terrains constructibles en bordure de littoral à Saint-Malo, la version du plan de l’agence du Littoral Villalon édité en Mai 1914 dont nous disposons reste un document privé tout à fait significatif et complémentaire. Il existe d’autres plans de l’agence qui sont inscrits à l’inventaire (1905, 1909)… Celui-ci est conservé par les Archives de Saint-Malo, il permet de visualiser l’emplacement de plus de 700 noms de villas à proximité de la digue de Rochebonne-Paramé, sur le front de mer mais aussi sur une série de quartiers adjacents (Courtoisville, Paramé, Rochebonne, le Sillon. Ce plan condense et répertorie une vingtaine de secteurs cadastraux sur lesquels sont inscrits des parcelles associées à des noms de villas ou de zones constructibles. La liste alphabétique des noms de villas permet de les retrouver sur le plan. Au lieu de consulter une par une les parcelles, on a là une forme cartographique qui présente l’avantage de donner une photographie assez bien préservée du nouvel ensemble parcellaire de l’époque.

Figure 2 (Liste)

 

Le Front de mer

Aujourd’hui, la promenade sur la grande digue de St Malo reste fréquentée assidûment par les malouins et les touristes qui ne se lassent pas de contempler les villas d’un côté et la mer de l’autre.

En comparant les données sur les cadastres avec l’étude de ce plan et de la liste des noms de villas, nous avons étudié la zone qui concerne le front de mer. Elle semble avoir peu changée en dehors de la zone couverte par le développement progressif de l’activité de thalassothérapie des Thermes marins de Saint-Malo et la démolition du casino à l’emplacement duquel sera placé un blockhaus lui même démoli pour laisser place à la résidence «Le Cézembre».

La préservation du front de mer dans des proportions importantes a permis également de retrouver des noms de villas et leur modifications dans le temps. La liste réalisée par l’agence Villalon et la consultation sur les matrices cadastrales a permis de faciliter les recoupements même s’il reste encore des villas dont nous n’avons pas pu vérifier si le nom restait conservé jusqu’aujourd’hui ou bien pour les constructions plus récentes dont l’identité nominale n’a pu être récupérée

Tout d’abord, nos observations se sont effectuées sur l’ensemble des villas placées sur le front de mer, protégéepar la digue entre la cale de Rochebonne (Restaurant « La Caravelle ») et la cale de la Piperie, nom attribuée à l’ancienne usine de fabrique de pipes en face de la « Brasserie du Sillon » et de la villa Ker Malo). L’emplacement occupé par ces villas, hôtels ou actuel regroupements autour des thermes marins concerne une bande d’habitations parallèle à la digue qui mesure un peu plus d’1,5 km entre les 2 cales (1671m). Tous ces habitats sont regroupées autour des secteurs de cadastre (BL, CL, DL, EL, FL, GL, HL) qui regroupent les parcelles numérotées. À noter que les secteurs cités englobent également d’autres villas (second rang, etc..), mais elles n’ont pas été retenues pour la représentation qui suit.

Figure 3 ( secteurs du front de mer et parcellaire pris en compte : L + (horizontalement) B, C, D, E, F, G, H )

 

En 1914, sur le secteur BL (secteur à gauche sur la figure 4), on peut remarquer que la digue qui permet de franchir l’espace entre la rue des Bains et la cale de Rochebonne n’est pas encore construite. La digue se termine par un escalier qui conduit à la grève. Il faudra attendre 1931 pour circuler à pieds sans passer par la plage.

On a reporté sur la figure suivante (4), lorsqu’ils existent encore, les noms des villas présents sur le plan de 1914, et nous avons ajouté les noms des constructions postérieures et actuelles lorsque qu’il était possible de les retrouver sur les matrices cadastrales ou les visites sur site.

Les items de teinte verte (code 1000) correspondent aux constructions les plus récentes. Les parcelles sont occupées le plus souvent par des constructions de type néo-bretonnes ou résidences collectives. Certains noms après visite in situ n’ont pas toujours été retrouvés ou n’existent tout simplement pas.

Les items de teinte mauve (code 2000) correspondent à des édifications réalisées après 1914 et avant 1957. Beaucoup sont des bâtiments classés pour leur intérêt architectural.

Les quartiers GL et HL sont en majorité des habitations mitoyennes (double) ce qui peut expliquer la densité et le nombre plus important que dans les autres quartiers.

Figure 4

Le nom des villas de la digue :

Secteur cadastraux de 1914 avec la situation actuelle sur le front de mer :

 

Variations nominales

Les noms des villas changent parfois au moment des ventes ou sur les reports des matrices cadastrales. Ils peuvent également disparaître.

La figure 5 présente les items bleus (code 100) : ce sont les villas qui ont changé ou modifié partiellement leur noms réduits aux secteurs de la digue. 27 items sont concernés sur un total de 105 bâtiments. Pour autant, les relevés ont été effectués à partir des matrices cadastrales de 1914 et 1957.

Pour ces matrices, le principe du report manuscrit des noms de villas est reproduit et l’on retrouve le report des noms de villas (changés ou inchangés) selon les propriétaires successifs pour la quasi majorité des cas. En revanche, sur le cadastre de 1982, consultable aux archives départementales de Rennes, ce travail particulier de registration est définitivement perdu. La mention ne reporte que la mesure de la parcelle et sa numérotation.

Pendant les années quatre vingts, des destructions ont eu lieu. Si le nom n’apparait pas ni sur la façade ni sur le cadastre, il devient beaucoup plus difficile de repérer aujourd’hui si le nom de la villa a bien été conservé par les propriétaires successifs.

Figure 5 :

Modification des noms de villas entre 1914 et aujourd’hui (Front de mer uniquement)

La ronde des noms

En reprenant le document de l’agence Villalon, nous élargissons la zone du front de mer aux quartiers environnantset nous avons identifié des familles thématiques qui permettent de regrouper les noms selon des voisinages sémantiques spécifiques.

Si l’approche semble moins tangible que des éléments d’architectures, l’attribution d’un nom à une villa cristallise des informations plus ou moins pertinentes, plus ou moins accessibles. Avec ces diversités et la richesse du vocabulaire, chacun se projette dans le jeu interprétatif qu’occasionne la lecture de ces instantanés. Notre capacité à les assimiler sur le plan de notre imagination et les retrouver face à une actualité génère t-elle une forme d’efficience ? On peut attribuer un nom à une villa comme une couleur. Elle reste liée à une culture qui poursuit elle-même ses mutations. Si sa signification ne peut plus tout à fait être restituée, ce qui reste continue pourtant à opérer. Il reste à associer des critères contextuels et objectifs et d’autres qui composent avec notre imagination.

1 les prénoms,

figure 6. Une répartition des prénoms sur la nomenclature de l’agence Villalon (1914)

 

Le recours à la « personnification » de la villa en lui attribuant un prénom est l’usage le plus fréquent à la veille de la Grande guerre et il se poursuit encore aujourd’hui. On ne peut rester indifférent aux effets qu’il produit sur l’imaginaire de chacun.e (souvenir d’un proche, identification, hommage…). Plus singulièrement, le nom propre peut être aussi une manière de magnifier ou rendre hommage par le recours à des personnages illustres ayant vécus dans la région. ( Duguesclin, Chateaubriand, Surcouf… ). D’autres apparaissent au contraire plus anecdotiques, plus accessibles, plus familiers, plus désuets à la hauteur de l’ordinaire, voire dans l’après coup, un brin péjoratif ouplutôt sexiste comme en témoigne l’emploi des suffixes identifiés (Cosette, Odette, Mariette, Linette, Alexandrette…). D’autres encore évoquent aujourd’hui et après coup, nos bonnes mamans et saint.e.s d’autrefois :Marie Josèphe, Marguerite, Madeleine ou Thérèse…Émile ou Jean…

La répartition proposée propose un découpage entre noms masculins et féminins, puis sous divisée entre les noms simples et composés, le recours aux suffixes. Nous avons identifié un usage répété de prénoms se terminant en « a ». S’agit-il d’évoquer la torpeur italienne malgré un littoral réputé revigorant ?… ou encore l’exotisme de l’ailleurs ? : Antinéa, Miarka…

On a choisi également de créer un item thématique initié par le déterminant «Ker». Il affirme une identité Bretonne, l’appartenance de la villa à une culture, à la proximité d’un territoire, d’un entre soi…

Figure 7 : Le déterminant « Ker » répartition et légende associée

La figure est subdivisée sur 3 secteurs principaux (féminin, masculin, x-indéterminé)

« x-indéterminé » renvoie à des noms de lieu, des noms propres associés au déterminant « Ker », des noms purement bretons et des expressions qui ne correspondaient pas à nos items thématiques.

2 Linvitation au voyage, l’évocation d’un pays, d’une ville

Il concentre les noms de villes : Montecarlo ou de pays vers le Nord ou vers le Sud : « La Suédoise », La Mauritanienne, vers L’Ouest au Canada : « Ellerslie » ou plus proche « Jersey », « Gernesey » , « Frehel » ou de pays proches ou lointains, exotiques : l’ile de « Capri », mythique, fantastique : « Flying Dragon ». Evocation de l’infini et au-delà : « Stérédenn »…

Là encore, ce thème est séparé de celui du déterminant «Ker», il s’agit de sattacher à l’évocation par son originalité et sa singularité, à la réalité d’un choix ou sa validation par son propriétaire pour évoquer et se souvenir de quelque chose de traversé ou d’habité ou plus simplement imaginé, pour renvoyer son habitation vers une série de marqueurs imaginaires : les noms pourront évoquer simplement un ailleurs, « Flying Dragon », « La Tzigane », renvoyer au côté nostalgique d’un nom : « Militza », « Antinéa », ou d’une expression, « Carpe Diem », aux châteaux en Espagne : « Castel Dour »cf. l’item des castels.

À dieu va (t) : l’appellation de la villa est singulière puisqu’elle porte deux expressions visibles côté Nord ou côté Sud. c’est à la fois une formule pour s’en remettre au bon vouloir du destin et à la grâce de Dieu avec 2 écritures différentes : « à Dieu vat » (côté digue) ou « à Dieu va » , côté Chaussée du Sillon : d’un côté, la piété, l’acceptation des vicissitudes et du tragique de l’existence, de l’autre l’émancipation et la liberté.

 

Figure 8 : Extrait d’un diagramme « en rayon de soleil », détail de la classe « voyage » et affectation aléatoire de la couleur sur les items…En somme des couleurs pour des idées de voyage ou d’ailleurs… (nomenclature Villalon, 1914). (Items : De « Tzigane (La) » à « À dieu va »)

L’échantillonnage porte sur l’ensemble des quartiers et n’a pas été réduit au front de mer de la Digue de Rochebonne. En conséquence, on retrouve d’autres évocations extraites de la nomenclature générale du document Villalon de 1914 : « Lutèce, Les Pyramides, Les Pyrénées, Le petit Trianon »….

3 l’évocation de la plage, des robinsonnades, de la liberté

Le thème de la plage (figure 9) majoritairement représenté sur la digue a été élargi à toute une gamme d’évocations et de ressentis : « Sans-souci », « Bon Vouloir », « La Brise sur la Mer »,  ou d’éléments et situations connotant avec l’esprit des bains ou des « Belle Plage »… du littoral.

Nous avons ajouté des éléments qui renvoient à l’esprit de liberté, l’aventure et le bord de mer… : « Les Vacances », « Grand large » , «le Ressac », « Marelli », Ar Iniz (les petites iles), « Cabanac », Le livre de Robinson écrit en 1719 estbien présent sur la nomenclature Villalon. Robinson est déjà une vieille histoire comme d’ailleurs les histoires de corsaires à Saint Malo

Au-delà de la digue : on retrouve « Les vagues, La Houle, La Hutte, Sans Gêne, Robinson »…

Figure 9 : les couleurs de la plage (items : « Beau Site » à « Le Carbet »)

 

4 la nature (flore)

Figure 10 : Items : (de « Algues (Les) » à « Mimosa » et de « Violettes (Villa des ) » à « Murier (Le) »)

Le thème de la nature est souvent présent. Il n’est pas nécessairement rattaché à la flore locale.

5 animaux (en général des oiseaux)

Figure 11 : Items : (de « Pigeons Voyageurs (Villa des ) » à « Chimère »)

6 les expressions

une autre piste représente celle des formules expressives dans laquelle nous incluons la féminisation des noms par la prolifération de suffixes, adjectifs inclassables, les expressions

Militza, Lorette, Nitouche, Pimponnette…

Figure 12 les expressions de « Zephire Au » à « Bagatelle 1 »

7 les saints et saintes

Figure 13

La liste des Saints et Saintes (Items de « Santez-Anna » à « Sainte adresse (Villa) »)

8 ceux indiquant une maison, (Maison Renard, Descottes…)

La maison pouvant être un magasin (Boulangerie…quincaillerie, etc..)

Figure 14 : Items  répartis entre « Maison Rullon » et « maison Aufray »)

9 castels

Figure 15 : de « Castellic » à « Castel Dour »

10 X-indéterminé

Pour ce secteur, nous plaçons les éléments non triés

entre Vivaraise (La) et Beauvoir-Guise

Figure 16

11 hôtels.

Figure 17 : Items de « Hôtel Courtoisville » à « Hôtel Continental »

La majorité des hôtels ont changés de noms ou disparus. On reconnaît toutefois le Grand Hôtel de Paramé (Les thermes) et l’Hôtel de Courtoisville, l’Hôtel Duguet Trouin comme l’hôtel de la Paix sont devenus des résidences privées…

12 Chalets 

Figure 18 : du « Chalet Toinon » au « chalet Bob »

Précisons qu’il ne reste que 2 chalets en bois à Saint Malo. Il s’agit du chalet Trocadéro sur la Digue, très transformé, et du chalet « Ti Coat », (architecte scandinave : Christian Thams) précisé sur l’Inventaire Mérimée et sur le secteur AK. Le chalet construit en 1901 dérive des modèles présentés aux expositions universelles de Paris de 1889 et 1900.

14 Cafés,

Figure 19 : de l’Item : « Café du Petit Château Neuf » au « Café-Auberge »

Éléments sur les répartitions des noms des villas :

Nous présentons quelques données sur les proportions des thématiques :

 

Figure 20 : Répartition globale pour les 700 noms de villas (front de mer inclus), 1914

Avec plus de 20 % des items, Prénoms est la thématique la plus représentative sur le plan Villalon (166 items), suivent ensuite les thématiques du

-voyage (101 items)

-ker,

-plage, saint.e.s, flore, expressions et x (pour notion indéterminée)

-Animal, Maisons, Chalet, Castel, Café

Figure 21 : Répartition des 700 noms de villas suivant les quartiers :

Sans surprise, la thématique « Prénom » qui rassemble le plus de villas est également celle qui est présente dans le plus grand nombre de quartiers. Sans que ce soit vraiment significatif, on peut noter que la thématique « Plage » est celle qui regroupe avec « Prénom » la totalité des quartiers appartenant au front de mer (8 quartiers associés à la lettre « L »).

Figure 22: Répartition restreinte aux noms sur les quartiers du front de mer (BL, CL, DL, EL, FL, GL, HL)

Les thématiques « Prénom », « Voyage » et « Plage » sont les plus représentatives du front de mer. La thématique « Plage » n’est pas représentée sur le quartier FL en bord de mer. Cela s’explique par le fait que l’étude du front de mer prend en compte les plans cadastraux de 1957 et 1982. La villa « Les Dunes » (présent sur le cadastre de 1914) a laissé place à un nouveau bâtiment dont le nom nous est actuellement inconnu, sur une parcelle récente (Nouvel espace complémentaire construit pour l’agrandissement des thermes de Saint-Malo).

Figure 23 : Répartition des noms actuels restreint aux villas de la digue de Rochebonne

Les 3 thématiques principales sont les prénoms, les noms renvoyant aux voyages, et ceux renvoyant à l’imaginaire de la plage.

Cinéplastique balnéaire

Il reste possible de multiplier ces classes nominales en présentant les items dont elles sont composées par ordre d’apparition sur la digue et au travers l’effectuation d’un parcours. Le flâneur pourrait décider de ne se rendre sensible qu’à certaines thématiques. C’est un peu comme si un peintre souhaitait traiter du paysage avec un camaïeu établi autour d’une teinte de référence…

Le travail en préparation fera l’objet d’une édition spécifique aux éditions Cristel (St-Malo) pour 2023.

Saint Malo, Novembre 2022

 

(1) La typologie propre à une esthétique architecturale balnéaire fait l’objet de nombreuses publications : pour valoriser ce patrimoine, les premières publications sont celles d’Eugène Herpin, (pour l’Histoire de la construction de la digue de Rochebonne à Saint-Malo ) qui a contribué à la création de la Société d’Histoire et d’Archéologie de l’Agglomération de Saint-Malo (SHAASM). Les travaux les plus récents sont ceux de Gaelle Delignon qui a enrichi le fond Mérimée en contribuant à répertorier et préciser entre 1840 et 1940 le vocabulaire de l’architecture balnéaire pour aboutir comme pour d’autres stations (Trouville, Deauville, etc…), au classement au Patrimoine de quelques unes des villas les plus représentatives de cette époque.



Citer ce billet
Pierre Braun (2022, 12 novembre). Instantanés balnéaires à Saint-Malo. Dessiner le paysage avec le nom des villas. Computer drawing. Consulté le 16 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/n1xz

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search